Rencontre #1 : Claudine L.

Parce que nous proposons une solution pour la vente à domicile, nous avons décidé de donner la parole à différents vendeurs. Le but ? Vous faire découvrir le milieu du point de vue de ceux qui travaillent dur pour vous satisfaire !

Parce que nous proposons une solution pour la vente à domicile, nous avons décidé de donner la parole à différents vendeurs. Le but ? Vous faire découvrir le milieu du point de vue de ceux qui travaillent dur pour vous satisfaire !

Aujourd’hui, nous avons rencontré Claudine, 55 ans, vendeuse à domicile pour Oika Oika depuis février 2014

Mathilde : Bonjour Claudine, merci beaucoup de nous accorder un peu de votre temps !

Claudine : Bonjour Mathilde, pas de problème, si je peux vous aider ça me fait plaisir !

Claudine, comment êtes-vous devenue vendeuse à domicile ?

Dans la vie de tous les jours je suis assistante maternelle, un métier que j’adore mais qui n’est pas toujours évident. Je me suis mise à la vente à domicile suite à une baisse de travail en 2014. J’avais alors besoin d’une activité pour compléter mes revenus. La vente à domicile, c’était l’emploi parfait pour concilier avec mon activité d’assistante maternelle, qui impose de nombreuses contraintes horaires. En étant vendeuse à domicile, j’avais la possibilité de choisir mon emploi du temps et la fréquence de mon activité.

Pourquoi avoir choisi de travailler pour Oika Oika ?

Lorsque j’ai décidé de me lancer dans cette aventure, j’ai consulté de nombreux sites de marques afin de trouver les produits qui me correspondent. Hors de question pour moi d’aller vendre des petites culottes ! Ces dames peuvent très bien les choisir toutes seules 😉 ! J’ai donc réfléchi à une activité qui pourrait avoir un lien avec ma fonction de nounou. C’est comme ça que j’ai pensé aux loisirs créatifs et que j’ai découvert Oika Oika. C’est important de vendre un produit qui vous correspond !

Vous faites partie des meilleures vendeuses de Oika Oika, quel est votre petit secret ?

Mon secret ? (rires) Je ne pense pas avoir vraiment de secret. Je dirais que mon « succès » se résume en un mot : « convivialité ». Pour faire de la vente à domicile, il faut aimer les gens et avoir l’envie de leur faire passer un bon moment. Lorsque je communique avec mes clients et leurs invités, j’essaie toujours d’employer un vocabulaire chaleureux car c’est pour moi le sens même de ce type de vente. Plutôt que de parler de réunion, je parlerai par exemple de « Oika’péro ». Les gens adorent ! Je pense qu’il faut aussi avoir une excellente connaissance des produits qu’on vend. Lorsque je présente les jeux, je n’effectue pas une vente mais une animation. Je veux transmettre aux participants mon amour pour les jeux. Enfin, j’effectue beaucoup de ventes car je ne compte pas mes heures. Chaque semaine, j’effectue des réunions le vendredi et le samedi. En période de fête, il m’arrive également d’organiser des réunions le dimanche. Mon dernier petit plus ? Me mettre à la place du client. Tout le monde n’a pas le même budget ni les mêmes facilités de paiement alors je trouve toujours une solution pour satisfaire chacun de mes clients. La confiance et la proximité, c’est ça aussi la vente à domicile.

Quel est pour vous le meilleur vecteur de communication ?

Sans hésiter, je dirais le bouche à oreille. C’est le moyen de communication le plus vieux du monde mais surement celui qui fonctionne le mieux pour la vente à domicile. Lorsqu’une cliente organise une réunion, elle va inviter ses copines. Vous pouvez être sûr qu’une partie d’entre elles vont accepter par politesse et venir à contre cœur. Cependant, une fois sur place, elles finissent par vraiment s’intéresser à la vente et repartent en ayant passé un bon moment. Il y a toutes les chances qu’elles partagent leur expérience avec leurs copines, que ce soit de vive voix ou sur les réseaux sociaux. D’ailleurs, Facebook est mon second vecteur de communication. Ça me permet d’entretenir la relation avec mes clients, de présenter les nouveaux produits et, encore une fois, de boucler de nouvelles réunions. Facebook est vraiment un excellent vecteur, les gens sont très réticents à donner leurs mails, de peur de recevoir des spams. C’est toujours considéré comme un moyen de communication intrusif.

Pour finir, une petite anecdote ?

Ça fait maintenant 3 ans que je fais de la vente à domicile. Autant vous dire que j’ai effectué beaucoup de réunions et que le voisinage connait mon activité. Mon mari ne manque pas non plus d’en parler autour de lui, ça aide ! La notoriété de cette activité m’a valu un surnom auprès des enfants des environs : la dame aux jouets ! Je ne suis plus étonnée lorsque je marche dans la rue d’entendre dire « Oh regarde, c’est la dame aux jouets ! ». J’aime bien cette image, je vais parfois jusqu’à dire que je suis une collègue du père Noël ! Respect des enfants assuré !

Merci Claudine de nous avoir consacré du temps ! On vous souhaite le meilleur pour votre activité !

Vous souhaitez découvrir Oika Oika ? RDV sur le site www.oikaoika.fr

Partager

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Il est temps de démocratiser la réunion virtuelle !
Confinement oblige, nous avons passé les dernières semaines à cogiter sur la digitalisation de la vente directe en France. L’actualité des derniers jours nous...
SellingAtHome développe les notifications !
Cela faisait longtemps que nous nous étions donné rendez-vous sur le blog… Mais pour une bonne raison ! L’année 2019 fut riche en projets et...
Rencontre avec Pascale, vendeuse chez Guy Demarle
Chez SellingAtHome nous avons souhaité donner la parole aux véritables acteurs de la VDI, qui utilisent nos outils au quotidien pour gérer leur activité...
Google Home et vente à domicile, l’assistant virtuel du VDI
En mai dernier, nous étions présents au congrès de la FVD, l’occasion pour nous de partager notre vision de la vente directe et de...